septembre 16, 2021

Les meilleurs moyens de promouvoir l’authenticité à chaque devoir

Auteur : Dr Mark Glynn, Directeur de l’Unité stratégie d’amélioration de l’apprentissage, Dublin City University

Fraude – tromperie illicite ou criminelle visant l’obtention d’un avantage financier  ou personnel

Commençons par une question simple : Comment savons-nous que la pensée de nos élèves est authentique ?

Si un étudiant présente la pensée ou le travail de quelqu’un d’autre comme étant le sien dans un devoir, il s’agit de fraude. C’est une tromperie qui a pour résultat l’obtention d’un avantage personnel. Pour empêcher que cela se produise, nous devons en identifier la cause. Selon Cressey (1953) : Les fraudes sont dues à trois facteurs : l’opportunité, la pression et la rationalisation.

Cressey a présenté ces trois facteurs sous la forme d’un triangle, affirmant que plus la taille du triangle est grande, plus le potentiel de fraude est important. Si vous réduisez l’un de ces trois facteurs, la taille du triangle diminuera, c’est-à-dire que les risques de fraude seront réduits. Certes, son contexte est l’univers bancaire, contrairement au mien qui est celui de l’enseignement supérieur, mais je pense qu’il y a beaucoup de similitudes dans ce cas. 

Le triangle de la fraude

Étudions donc chacun des facteurs du triangle de la fraude de Cressey et appliquons-les à l’enseignement supérieur :

Rationalisation

L’un des principaux moyens de réduire la rationalisation amenant à penser qu’il est OK de tricher est d’augmenter les chances de se faire prendre. Un étudiant peut rationaliser dans sa tête et se dire que s’il choisit un site Web ou un article obscur, les chances que son professeur soit au courant sont moindres ; ce qui introduit le raisonnement du « je suis sûr de ne pas me faire prendre ». Cependant, si le professeur utilise un logiciel de comparaison de texte pour chaque devoir soumis, les chances de l’étudiant de se faire prendre sont considérablement augmentées.

Mais, la rationalisation ne s’arrête pas là : les étudiants peuvent se dire qu’ils ont trop de dates butoirs rapprochées pour leurs devoirs et qu’ils doivent donc faire des économies et tricher. Les étudiants peuvent rationaliser davantage en se disant : « Je ne savais pas quoi faire, alors j’ai utilisé les soumissions des étudiants précédents pour le découvrir. »  En tant qu’éducateurs, nous pourrions et devrions fournir des critères clairs pour chaque devoir, idéalement accompagnés d’exemples et/ou prévoir un temps de discussion (virtuel ou en personne) pour répondre aux questions sur le devoir.

Ils peuvent rationaliser la situation auprès de leurs amis en disant : « Si tu m’aides pour ce devoir, je peux t’aider pour le suivant ». Lorsque nous apprenons aux étudiants la façon de noter correctement des citations et des références dans leurs devoirs, nous devons également inclure une formation les aidant à faire la distinction entre collaboration et complicité, en soulignant les conséquences d’une aide trop importante apportée à des collègues et en mettant en évidence les dangers de services tels que les usines à articles.

Opportunité

Comment pouvons-nous réduire les opportunités de frauder ? De la même manière que l’on peut lutter contre la rationalisation, il existe de nombreuses façons d’éliminer les opportunités. Il existe un nombre surprenant d’éducateurs qui utilisent toujours le même examen d’une année sur l’autre. Le simple fait de changer le sujet peut très bien fonctionner pour réduire les possibilités de tricher. D’après mon expérience, les gens sont moins enclins à tricher lorsqu’ils travaillent en groupe, car ils doivent rationaliser et convaincre les autres membres de l’équipe. Ils savent également que s’ils se font prendre, les autres membres du groupe risquent d’en subir également les conséquences.

La personnalisation de l’évaluation est également une approche très efficace, plutôt que d’utiliser des sujets génériques, car les étudiants devront faire le lien entre le sujet et eux-mêmes et/ou leur environnement. Cela rend ainsi plus difficile le recours à des tiers, tels que les services de prête-plume. Cela contribue également à améliorer l’authenticité de l’évaluation, ce qui est toujours souhaitable, car une évaluation authentique améliore l’apprentissage.  

Pression

La surévaluation est un terme très utilisé ces derniers temps. Cependant, dans la plupart des cas, il ne s’agit pas d’une surévaluation, mais plutôt d’une évaluation mal coordonnée, avec des échéances d’évaluation qui se produisent en même temps. Cela peut mettre les étudiants sous pression, ce qui peut conduire à la fraude. Grâce à une simple vue programmatique des évaluations, les enseignants peuvent facilement identifier à l’avance les « points sensibles » en termes de délais et adapter les dates butoirs en conséquence afin de réduire la pression sur les étudiants.

Une autre façon de réduire la pression sur les étudiants est de leur fournir des critères de notation clairs, des exemples de travaux antérieurs et un calendrier type pour le devoir. Ces petites solutions simples peuvent potentiellement avoir un impact important sur les étudiants en termes de réduction de la pression.

La dernière suggestion concernant la réduction de la pression est liée à la conception universelle de l’apprentissage (CUA). Certains élèves peuvent avoir des difficultés avec certains types de devoirs, par ex. la présentation devant leurs camarades de classe ou la rédaction de longs essais. Donner aux élèves le choix de la manière dont ils vous présentent leur apprentissage peut également avoir un impact considérable. Le point clé ici est que les étudiants doivent prouver qu’ils ont atteint le résultat d’apprentissage escompté. La question n’est pas de savoir comment ils y parviennent, mais de savoir comment ils travaillent et réfléchissent.

Conclusion

La question initiale était : comment savoir si la pensée de nos élèves est authentique ? La réponse est : il n’est pas si facile de le savoir, mais nous pouvons adopter une approche à multiples facettes permettant de soutenir et d’encourager nos étudiants à être originaux en réduisant les risques de fraude.

Dans le cadre d’un projet « Intégrité » financé par Erasmus plus, nous avons regroupé plusieurs manières d’améliorer l’intégrité académique par le biais de la conception d’évaluation – 12 principes de la conception d’évaluation – ainsi qu’une série de ressources pour aider les universitaires à concevoir des évaluations visant à améliorer l’intégrité académique.

Références et sites Web utiles

Assessment Design, Dublin City University – Consultation du 28 août 2021

Cressey, D.R. (1953) Other People’s Money A Study in the Social Psychology of Embezzlement, The Free Press, Glencoe,IL

European Network for Academic Integrity – Consultation du 28 août 2021

“Fraud” Oxford Languages & Google – Consultation du 28 août 2021

National Academic Integrity Network, Quality & Qualifications Ireland – Consultation du 28 août 2021

Plus de blogs sur l’originalité :

This website uses cookies to improve the site’s overall user experience and performance. Read more here.